Norman

GrenouilleCliquer pour écouter! 

CitéCiné... une porte ouverte sur le 7e art et le monde fabuleux du cinéma!

 

Écho de la ville

Quel monde fascinant que celui du cinéma! Il alimente nos rêves les plus fous, nous fait traverser toutes les frontières. Venez... entrez dans ce monde imaginaire, lequel vous ouvrira les portes du 7e art et vous fera découvrir des artistes de la relève et des artisans qui travaillent dans l'ombre. CitéCiné, c'est également une occasion de prendre la parole par le biais de ses éditoriaux auxquels nous vous invitons à participer!
 

Hommage à Norman McLaren

Une rencontre entre la danse, le cinéma et l'imaginaire!

Norman«Le spectacle était imaginatif, ingénieux,Norman unique, et on irait même jusqu’à dire, merveilleux. Après le premier tiers de la production, j’ai pensé que j’aurais voulu que tous les habitants de la ville puissent vivre cette fusion magistrale de la scène et du cinéma.[…] La façon dont Norman a été conçu relève du pur génie. Les créateurs ont réussi à trouver un équilibre entre les données factuelles sur la vie et le travail de McLaren et les aspects plus imaginatifs qui constituent la relation entre Trosztmer et le cinéaste. Il faut aussi que le performeur soit exactement aux bons endroits pour que la fusion théâtre réel/réalité virtuelle fonctionne. Et ça fonctionne de façon époustouflante».
- Paula Citron, GLOBE AND MAIL, Toronto
 
«Les créateurs de Norman, Michel Lemieux et Victor Pilon, réussissent à nous faire voir l’étendue et la profondeur de l’oeuvre de McLaren. Dans la plupart des projections multimédias, la vidéo est projetée sur un écran derrière les performeurs ; dans le cas de Norman, les images apparaissent plutôt en plein milieu de la scène, ce qui permet à Trosztmer de danser parmi elles, d’enrouler son corps souple autour d’elles ou même parfois d’être carrément frappé par une forme géométrique en mouvement».
-Catherine Lawson, OTTAWA CITIZEN, Ottawa

Voici donc deux extraits d'articles parus dans des quotidiens, qui à mon sens reflète bien ce qu'est le concept de cet hommage fait à Norman Mc-Laren. Cette semaine nous avons choisi de vous faire connaitre l'un des concepteurs de ce magistral spectacle. Dans le segment «On braque le projecteur» vous aurez accès à un long entretien entre Michel Lemieux et nos deux co-animateurs.  Nous espérons que cet entretien qui vous fera découvrir un homme enthousiaste face à son art qu'il exprime à travers ses multiples talents, saura vous plaire. Merci à 4DArt pour sa contribution à raviver notre mémoire collective.

Notre suggestion... si ce spectacle est un jour de retour à Montréal, courez vite le voir ! 


 

Les flashs d'Alain et de Chantal

Les flashs d’Alain...et de Chantal, un moment d'arrêt durant lequel nos animateur(trice) vous transmettron leur états d’âmes, leur coups de coeurs et leur coups de gueule, tantôt cinématographiques, tantôt artistiques.  Un moment vrai, empreint de spontanéité. Les réalisateurs dans la rue!

1) Juste avant Noël, les réalisateurs québécois se sont déguisés en realisateurPères-Noël et ils sont descendus dans la rue! Ils sont descendus dans la rue pour distribuer gratuitement une centaine de DVD de leurs oeuvres. Un geste symbolique pour dénoncer le fait qu'ils ne touchent pas un rond de ce lucratif marché de la distribution des dvds.

«Je donne mes droits, je donne mes DVD. De toute façon, c'est ça que je fais à l'année!» a scandé la centaine de réalisateurs regroupés près de l'embouchure du métro Berri-UQAM, rue Saint-Denis, à Montréal.
 
Dans le but d'obtenir des réactions de certains des réalisateurs participant à cette action, nous avons fait des démarches afin de mettre la main sur des éléments sonores à vous faire entendre. Le facteur temps nous a cependant empêché de les rencontrer. Espérons que ce soit possible pour une prochaine chronique.

2) Dans la même veine, la grève des scénaristes aux US dénonce la même problématique que celle vécue par nos réalisateurs d'ici.

Le mouvement actuel a commencé lors de l’échéance de la convention liant l'Association des scénaristes américains et l'Association des producteurs de cinéma et de télévision. C'est elle qui fixe la grille de rémunération de tous les scénaristes. Ces derniers ont espéré que son renouvellement ferait l'objet d'accords satisfaisants concernant les nouveaux supports Internet et numériques. Mais cette demande a été rejetée par les majors, qui affirment que ce marché est encore trop neuf pour avoir fait la preuve de sa rentabilité.

3) JC LabrecqueAprès Gilles Carl, Rock Demers, Denise Filiatrault et Pierre Curzi, ce sera cette année au tour du cinéaste Jean-Claude Labrecque de recevoir le prix Jutra-Hommage lors de la 10e soirée des Jutra, qui se tiendra le 9 mars prochain. L'annonce en a d'ailleurs été faite en présence de la nouvelle présidente du Conseil d'administration des Jutra, Mme Danielle Proulx, qui succède à Michel Côté. «Le nom de Jean-Claude [a été choisi] à l'unanimité en raison de son impressionnante carrière et aussi parce que c'est un homme de coeur. Ce qui ressort le plus de son oeuvre, c'est son humanité», a témoigné Danielle Proulx.

Fait à noter, Labrecque, 69 ans, a lui-même présidé le C.A. des Jutra de 2001 à 2004. Il a également été président de la Cinémathèque québécoise et des Rendez-vous du cinéma québécois.

«Jean-Claude est une mémoire vivante du cinéma québécois», observait hier, le délégué général de la Grande Nuit du cinéma, Henry Welsh. «Il n'y a pas de film québécois sur lequel il n'a pas d'anecdote à raconter. Il a une mémoire incroyable».


On braque le projecteur

Michel Lemieux Michel Lemieux a terminé ses études en production à l’École Michel LemieuxNationale de Théâtre du Canada en 1979.  Depuis le début de sa carrière, il a marié de façon extraordinaire ses multiples talents de concepteur, de scénographe, de compositeur, de réalisateur et de metteur en scène.
 
Malgré cette fameuse devise connue de tous, «Je me souviens», bien de nos grands sont tombés dans l'oubli. Et il me semble que nous souffrons tous d'amnésie collective lorsqu'il s'agit de reconnaître ces artistes qui ont su faire une différence. Dieu merci, il y a de ces réalisateurs de cinéma et des arts de la scène, qui à travers leur art, se charge de nous garder la mémoire bien éveillée. Je pense notamment à Jacques Labrecque, cinéaste, qui représente à lui-même tant d'histoires racontées à travers de nombreux documentaires et autres productions cinématographiques et à Michel Lemieux, à travers cet hommage à Norman McLaren, a voulu justement raviver cette mémoire collective à l'égard de nos illustres artistes.
 
MOT DES METTEURS EN SCÈNE


Norman «Entrer en contact avec l’univers de Norman McLaren, c’est non seulement explorer des territoires inconnus où l’émotion, toujours présente, surgit même dans les moments les plus abstraits, mais c’est aussi partager la créativité et l’inventivité d’un homme qui a sans cesse cherché à repousser les limites de son art. Le cinéma et le théâtre ont beaucoup en commun; arts du mouvement et de la représentation, ils essaient de nous montrer notre monde de manière différente, de nous émouvoir, de nous émerveiller. McLaren, qui rêvait d’être danseur, aura été chorégraphe de l’image. C’est à cet homme profondément généreux et curieux que nous rendons hommage.

Le jeu, pour McLaren, était la base de toutes les explorations, de toutes les permissions. C’est par ce côté ludique qu’il parvient à établir avec nous une complicité d’une simplicité désarmante, qu’il nous fait pénétrer dans un monde où image et son ne font qu’un, où toutes les règles du réel sont suspendues. Au-delà du travail documentaire qui sous-tend ce spectacle, c’est à un brouillage des frontières entre la scène et l’écran que nous vous convions, à l’interaction entre l’humain et le cinéma. Cet hommage est l’occasion d’une magnifique rencontre avec Peter Trosztmer, performeur à la sensibilité et à la générosité sans bornes. Son personnage va danser pour Norman. Il va apprendre grâce aux témoignages de gens qui ont connu Norman ou ont été influencés par lui. Il va partager avec nous l’inestimable trésor qu’est l’oeuvre de McLaren. En portant ses films à la scène, nous souhaitons que Norman prenne vie à travers eux et qu’il soit, lui aussi, un personnage à part entière. Nous espérons, en toute humilité, perpétuer la mémoire d’un grand créateur».
Michel Lemieux et Victor Pilon
 

«Apprécier la musique ou la radio ce n'est pas qu'entendre ce que l'on écoute, c'est pouvoir, vouloir et savoir écouter ce qu'on y entend».

FrogRadio... Là où les yeux entendent et les oreillent voient!

À tous les auditeurs et auditrices de FrogRadio qui souhaitent réagir aux contenus de nos chroniques, nous vous invitons à nous joindre sur le blog des Productions PlugOeil. http://frogradio.wordpress.com/


Josée Florent
Agent d'information

© Les Productions PlugOeil, pour FrogRadio.

 

 

 
< Précédent   Suivant >

Commanditaires audio


 

Distributeur indépendant


FrogRadio reprend du galon


RocketTheme Joomla Templates