Sara Angelucci & Mathieu Valade

OccurenceSalle 1

Sara Angelucci

Regular 8

 

Depuis une dizaine d’années, la pratique de Sara Angelucci, par le biais de la photographie et de la vidéo, se penche sur les documents d’archives vernaculaires, notamment les Sara Angelucciphotographies instantanées et les films amateurs. En étudiant la relation entre l’image fixe et l’image animée, son travail considère les limites, dans la capacité des supports d’indexation et d’archivage, à transmettre l’expérience du vécu en soulignant la nature éphémère et fragmentée du processus mémoriel.

Le projet Regular 8 présente des photographies dont les mises en scène reconstituent des fragments de films amateurs. Le projet considère la production de films 8 mm du milieu à la fin des années 1950. Le 8 mm fut un support utilisé par les cinéastes amateurs principalement pour documenter la vie de famille : les occasions spéciales, les voyages et les moments de la vie quotidienne. Comme Bourdieu l’écrit : la caméra joue un rôle clé dans la « célébration et l’immortalisation des moments forts de la vie familiale. »1 Le genre offre un aperçu fascinant de la période, des conventions du film amateur et des valeurs générationnelles. Les mises en scène dans Regular 8 sont inspirées de films de famille trouvés ou empruntés. Le spectateur peut s’arrêter et s’attarder pour observer une scène, comme s’il la faisait défiler à l’aide de l’appareil de montage de film à manivelle utilisé pour monter un film à la maison. Les fragments d’image dans Regular 8 nous présentent ainsi des arrêts sur image qui suspendent et rompent le déroulement du récit à un moment précis.



Salle2

Mathieu Valade

Prothèses accoustiques

Mathieu ValadeLa pratique sculpturale de Valade explore les rapports de contradiction existant entre les formes simples et les images qu’elles peuvent évoquer une fois détournées. La production d’objets géométriques abstraits, de volumes suivant l’esthétique minimaliste, se voit hybridée et juxtaposée à des dispositifs mécaniques, lumineux ou sonores, de manière à soulever un potentiel de représentation. Ces oeuvres nécessitant l’implication de celui qui en use, l’évocation d’un caractère intimiste, contrastant considérablement avec la nature géométrique et austère des formes, travestit la géométrie en image, dans l’expérience de l’objet (parcourir, pénétrer, ouvrir).

Le projet Prothèses acoustiques propose une rencontre entre la sculpture et l'art sonore. C'est à travers la matérialité de l'objet sculptural, reproduit en plusieurs exemplaires, que se manifeste une présence sonore, ajoutant à la présence physique de ces objets une texture auditive empreinte de crépitements, de frottements, de martèlements. Les sons produits en temps réel, à même la matière des sculptures, sont par la suite amplifiés, déformés et redistribués en s'inscrivant comme une mise en abîme, un écho de la matière dans la forme.

 

Vernissage : le samedi 23 octobre à 15 h

L’exposition se poursuit jusqu’au 27 novembre 2010

Du mardi au samedi de 12 h à 17 h

 

Occurrence espace d’art et d’essai contemporain

5277 avenue du Parc
Montréal, Qc, Canada
H2V 4G9
T:514-397-0236
www.occurrence.ca
Du mardi au samedi de 12h à 17h

 
< Précédent   Suivant >

Commanditaires audio


 

Distributeur indépendant


FrogRadio reprend du galon


RocketTheme Joomla Templates